vendredi, février 14, 2014

Bouddhisme A Lumbini

Nous découvrons Lumbini , terre sainte, lieu de naissance traditionnel de Siddhartha Gautama, devenu par la suite le Bouddha dans l'Inde ancienne.
Il ya beaucoup de monastères construits par d'autres pays bouddhistes dans le parc Lumbini. Quelques grands bâtiments monastiques sont de Myanmar, la Thaïlande, la Chine, la Corée et le Japon. Cambodge Temple,un plafond. Myanmar Temple
Dessein du Népal
Roue de l'existence karmique. Cette image découverte est une représentation tant indienne que tibétaine. Tenue par un monstre représentant Yama, ou par un squelette effrayant, elle renferme les différents aspects de l'existence. Elle est alimentée par les trois poisons : ignorance, attachement et aversion, qu'on peut voir dans le moyeu, représentés respectivement par un porc, un coq et un serpent. Un premier cercle interne représente le karma par une succession d'états bons ou moins bons entre lesquels les êtres circulent en fonction de leurs actes. Ils peuvent être répartis en six plans d'existence représentés dans un deuxième cercle, qui peuvent eux-mêmes être distribuée entre trois mondes : Arūpaloka (monde des dieux), Rūpaloka (monde des demi-dieux) et Kāmaloka (monde des hommes, des animaux, des êtres avides et des êtres infernaux). Le contour de la roue représente les douze liens interdépendants (coproduction conditionnée) maintenant l'homme dans le samsara : l'ignorance initiale, la formation karmique, la conscience, le nom et la forme, la base de connaissances, le contact, la sensation, la soif, la saisie, le devenir (bhava), la naissance, la vieillesse et la mort. Est généralement représenté à l'extérieur de la roue un Bouddha sorti du samsara, qui pointe du doigt une roue à huit rayons symbolisant le noble sentier octuple. Cette roue, attribuée à une vision de Mogallana, est un symbole indo-tibétain souvent représenté dans les thangkas.

Un grand pilier de pierre de 6 m de haut érigé par Ashoka en -249 commémorant la naissance du Bouddha.

mardi, janvier 14, 2014

Notre Année 2013 en 12 mois.

JANVIER.
Départ de l’année 2013 à Hong Kong, Kowloon, La Tour de l'Horloge situé sur la rive sud de Tsim Sha Tsui. Casse-tête Chinois !!!! Pour se procurer un visa pour la Chine, à cause de la France qui joue les enfants terribles en vers la Chine. Toujours a HK, nous perdons (Jeter) notre matériel grand froid, obliger de réinvestir, notre budget journalier redescend a 4 Euro par jour.
FEVRIER Nous sommes avec les Pèlerins tibétains au monastère de Labrang au Festival de Monlam tibétain à Xiahe, la province du Gansu sur le plateau tibétain, des dizaines de milliers de Tibétains célèbrent le Nouvel An tibétain en faisant leur chemin vers cette ville et son monastère de Labrang le plus grand monastère tibétain en dehors de Lhassa, dont la séparation de la Région autonome du Tibet constitue une mesure de protection contre les Chinois Han tente de réguler leur culture. 5 jours avant notre passage Namlha Tsering jeune bonze s’est immolé par le feu le 17 février , en face du cinéma, entre des voitures circulant sur la rue principale.
MARS Horrible visite d’une forteresse de Panda à Chengdu,Chine ou ils leur donne une insémination artificiel pour ensuite les louer 750000 euros par ans (10 ans en tout) dont a la France. Parce que les Chinois ne sont pas capable de garder l’habitat du Panda dans sont milieu naturel. Juste un mauvais prétexte de se faire de l’argent pour sauver la vie des animaux.
AVRIL A Kashgar au croisement de la route de la soie. Toujours Han chinois qui menacent gravement l’existence des musulmans Ouïgours. D’importantes réserves de pétrole et de gaz ont en effet été découvertes sous le désert du Taklamakan. Le gouvernement chinois a investi massivement dans les infrastructures, dotant la vaste région d’un important réseau routier.
MAI Nous somme au Pakistan, extraordinaire paysage avec une des meilleures hospitalités au monde. Un pays encore aux prises de traditions cruelles qui servent à justifier des crimes, où des fillettes de 5 ans sont mariées de force pour payer des dettes d'honneur et 80% des femmes sont victimes de violences domestiques.
JUIN Passage a Wagah unique poste-frontière terrestre entre l'Inde et le Pakistan 60 ans de confrontation. En ce moment New Delhi accuse son voisin d’avoir tué deux de ses soldats, dont l’un a été décapité. Islamabad nie en bloc, et dénonce un raid meurtrier indien.
JUILLET Temple d'Or, Amristar, Inde .« l'Illustre Temple de Dieu », l'édifice le plus sacré des Sikhs.Le temple, de nouveau incendié durant l'opération, a été reconstruit. La violation de leur lieu saint fut considérée comme une insulte majeure par certains Sikhs. Le massacre eut pour conséquence l'assassinat d'Indira Gandhi quatre mois plus tard par ses gardes du corps sikhs.
AOUT Taj Mahal, Agra, Inde. Une merveille du monde qui est aussi en danger. A l'origine le Palais de la Couronne (traduction de Taj Mahal) est un mausolée construit par un empereur en hommage à sa femme (Mumtaz Mahal) qui meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant. Aujourd'hui encore le Taj Mahal est considéré comme l'un des joyaux de l'architecture Moghole combinant les style architecturaux iraniens, islamiques, ottomans et indiens. Pour l'avenir de l'édifice largement menacé par la rivière dont les rives sont de plus en plus endommagées par la pollution.
SEPTEMBRE Col Taglang La a 5230m Alt. Des travailleurs népalis et biharis (habitants du sud de l’Inde) qui travaillent tout l’été à casser des cailloux au marteau pour faire les routes. Ce travail de maintient et reconstruction est souvent nécessaire afin de rouvrir à la circulation ces routes qui sont soumises à des conditions hivernales assez destructives. Ces esclaves du goudron préparent le bitume dans de gros bidons métalliques qui brûlent le long de la route. Les conditions de travail de ces hommes venus des régions les plus pauvres de l’Inde sont calamiteuses, le revenu moyen d’un habitant de l’état du Bihar est de 13400 roupies/an, soit 160 euros par an, soit 44 centimes d’euro par jour. Isolés sur ces montagnes, ils vivent regroupés dans de simples tentes en toile plantées au bord des routes. Pierre après pierre, jour après jour, ils participent ainsi au développement touristique du Ladakh… pour un salaire misérable, moins de 1€/jour. Pas d’école pour les enfants et quelques chapatis pour les repas…
OCTOBRE
Comportement choquant des touristes et des Journalistes au Cachemire et Jammu,sans respect et accro de story, influence les minorités local a la consommation et ne contribue pas aux problèmes environnementaux. Un business qui n’en finit plus. Comme les armes qui se vendent dans le monde comme des petits pains, c’est un bon business, mai qui tue a feu lent.
NOVEMBRE Nous assistons à un mariage arrangés pendant la saison des mariages qui existent dans la religion hindoue. Les parents utilisent leur réseau d'amis, de famille, ou bien un entremetteur pour trouver les conjoint(e)s. Dans ce cas-là, la famille de la future épouse doit offrir une dot à la famille du mari. Cette dot peut être représentée par un terrain, une maison ou/et plus souvent de l'argent. Néanmoins problème national le viol répandu, jusqu'à 100 000 femmes qui ont été enlevées et violées en Inde.
DECEMBRE Varanasi ou Bénarès situe sur la rive gauche de Gange. Une des plus vielle ville au monde toujours active, ou se passe l’incinération des morts (bien entendue) au bord de la rivière Gange. Un peu morbide, car pour les plus pauvres, ils n’ont pas trop de bois pour bruler tout le corps, jette le reste du cadavre dans la rivière. Mai l’envers du décors est magnifique, car les couleurs sont nombreuses et se mélangent merveilleusement, les Indous se mettes a l’eau ( hyper polluer) pour se purifier, quelque paysans emmènent leurs vaches pour les nettoyés , d’autre font leurs lessivent, enfin tous se passe sur le bord du Gange.

samedi, janvier 04, 2014

La vie au Népal.

Le Népal possède une très grande variété de paysages, s'étendant du tropical humide du Teraï, au sud, jusqu'aux plus hautes montagnes du monde, au nord La région Terai est essentiellement peuplée d'ethnies représentant près de la moitié de la population du pays, culturellement et linguistiquement plus proches des ethnies indiennes que les habitants des collines et montagnes du nord Terraï Temple a Thakurdawara Passage a la frontière (Inde- Nepal) Banbassa, lieu tranquille et peu de circulation.

samedi, décembre 21, 2013

Le Parque National de Bardiya.

Le parc national de Bardia, qui s'étend sur environ 1 000 km2, représente ce qui reste des anciens territoires de chasse de la famille royale népalaise. La vie animale y était abondante mais la population humaine peu nombreuse en raison des épidémies de malaria dues aux moustiques. Un des seul parque dans le monde se trouvant des rhinocéros, tigres, éléphants et crocodiles etc…. , se baladant a pied accompagné d’un guide et de son bâton. Recommandation du guide de 23 ans avec peu d’expérience. - Pour le tigre : c'est un animal timide, il serait exécuté à plus de crise. Juste rester calme quand apercevoir un .Ne courez pas, il vous permet d’obtenir, il attaque le coups ou le dos, ne pas se retourner de preferance. - Pour les éléphants : Parfois, ils peuvent être bouleversés assez pour charger. Lorsque nous traversons un , jamais revenir , continuer en face de lui et aller lentement vers l'arrière . Après vous pouvez échapper si la nature autour est assez dense pour l'éléphant de ne pas vous suivre . - Pour le rhinocéros , si il vous chasse ,le mieux est de courir en zigzagant et de grimper à un arbre, si il s’approche de trop donner lui un coup de bâton sur la bouche précisément.. Après l'indépendance, en 1950, une campagne d'éradication de la malaria permit l'établissement de colons mais la faune sauvage diminua tant qu'il fallut créer une réserve, d'abord de 350 km2 puis étendue en 1985 à près de 1 000 km2. Nous prenons marche à 8 du matin pour voir un peu de vie sauvage, pas déçus du voyage !! 9 heure , notre guide avec son bâton marchant devant nous s’arrête , nous montrant un couple de rhinos, animal surprenant gros , mangeant de l’herbe ( petit dej), le guide parlant un peu fort surprenant les 2 rhinos qui commence a prendre leur marche devant nous a 150m, le guide nous prévient de courir en zigzag, sans se retourner. Hoho ils arrivent!!! On se rejoint en haut d’un mirador, en attendant une heure passant. Également appelé tigre royal du Bengale. Les tigres ont besoin d'un espace vital étendu sur lequel ils peuvent chasser. Ils marquent et défendent des territoires de taille variable pouvant dépasser 100 km2 pour un mâle. Comme ce sont des animaux solitaires, même une population restreinte a besoin d'une aire étendue où vivre et chasser. En 1900, la population du tigre indien était estimée entre 40 000 et 50 000 individus. Vers 1972, ce chiffre était tombé à 1 850 et le gouvernement Indien a créé des parcs nationaux pour sauvegarder sa population de tigres. Un programme de protection l'a fait remonter à environ 4 000 en 1984. Le tigre du Bengale est solitaire et nocturne et n'aime pas partager son domaine avec d'autres tigres et animaux. Pour décourager les intrus, tous les tigres marquent leur territoire en urinant des sécrétions très fortes qui signalent leur présence. Ils peuvent aussi déchiqueter l'écorce des arbres. Ils recouvrent leurs excréments de terre. Ils tirent aussi les restes d'une proie vers un fourré, les cachent sous des feuilles et y retournent plus tard. Il est tout aussi difficile de suivre sa piste, car bien que le tigre du Bengale soit de taille imposante, il est de nature discrète et timide. Ainsi, les tigres du Bengale recouvrent leurs excréments avec de la terre et dissimulent leur proie tuée au milieu d’un buisson. Parfois même, ils la recouvrent de feuilles mortes pour être sûrs qu’aucun autre animal ne pourra y goûter en leur absence. Enfin, il faut savoir également que le tigre du Bengale est le seul félin à se nourrir d’une viande en début de décomposition. Il tue les petites d'une morsure à la nuque; les grosses sont mordues à la gorge et étouffées. Le tigre chasse également le gaur et le buffle. Un gaur mâle pèse environ 900 kg : plus de trois fois le poids d'un tigre. Il mange rarement sa proie au même endroit où il l'a tué. Il préfère la trainer dans un endroit sûr. Le plus souvent, le tigre attaque des animaux vieux, faibles, blessés, malades, femelles en gestation ou jeunes qui opposent moins de résistance. Dans les Sundarbans, les proies du tigre sont le cerf axis, l'antilope nilgaut, le sanglier, des singes et des lézards. Il attaque aussi parfois les porcs-épics mais si les piquants se logent dans les pattes, le tigre peut en mourir. Attention a ne pas marcher sur la queue du crocodile, il risquerai de vous croquer. Le Cerf axis ou Chital. Ses principaux prédateurs sont le tigre, le léopard, les dholes, le python et le crocodile. Mais les axis sont plus rapides à la course que leurs prédateurs. Ils peuvent courir à 30-40 km/h en endurance sur plusieurs kilomètres et accélérer très vite jusqu'à 68 km/h en moyenne sur un sprint avec des pointes à 95 km/h sur de courtes distances. Ils peuvent aussi faire des bonds jusqu'à 2 mètres de haut au maximum et jusqu'à 7 mètres en longueur. Cependant, les individus malades, blessés, âgés, jeunes, ou une femelle au terme de sa gestation, sont les plus vulnérables aux attaques de prédateurs.

vendredi, décembre 06, 2013

La Famille En Inde.

La famille constitue l'unité de base de la société indienne, de façon beaucoup plus marquée qu'en Occident, où c'est l'individu qui prime. Une personne sans famille représente la pire chose qui puisse arriver à quelqu’un. On parle ici non pas de famille nucléaire, mais de famille élargie, qui peut abriter jusqu'à quatre générations. Outre les parents et enfants, on y retrouve les grands-parents, les brus et quelques arrières-grands-oncles ou tantes restés célibataires ou devenus veufs, ce qui peut donner jusqu'à douze personnes.

La famille est de type patriarcal, le père et les aînés mâles détiennent l'autorité et prennent les décisions, en accord ou non avec leur épouse qu'ils consultent en général. Cette structure permet de transmettre les traditions pour ainsi dire inchangées d'une génération à l'autre. Les enfants y apprendront les règles de castes, les récits de grandes épopées hindoues (le Mahabharata et le Ramayana entre autres), les rituels et codes de relations humaines dans la société indienne. La famille joue aussi un rôle important de protection sociale, elle nourrit et héberge tous ses membres, indépendamment de leurs conditions. Le devoir de chacun consiste donc à soutenir son foyer dans la mesure de ses possibilités et capacités. Les activités de loisirs, visites de temples, restaurants, voyages, etc. s’effectuent en famille. Il faut des circonstances graves pour que cette structure familiale éclate. L'extrême pauvreté en est souvent la principale raison, dans ce cas la famille sera simplement nucléaire (parents/enfants). Une des évolutions significatives révélées par le recensement de 2011, dont la première phase d’enquête s’est déroulée d’avril à septembre 2010, est l’émergence de la famille nucléaire en Inde, un changement drastique ou la famille réunie était jusqu'à présent la norme. La structure d'autorité dans un foyer indien est bien définie. Le père fait office de chef de famille à qui l'on doit une obéissance inconditionnelle. Dans la vie quotidienne, on ne lui réplique pas et ne parle pas inconsidérément en sa présence. Après discussion avec les autres membres du groupe, il a le dernier mot sur toutes les décisions importantes, qu'il s'agisse du mariage de ses enfants, de leurs études ou leurs métiers, des cultures dans les champs ou des développements de l'entreprise. Il détient les cordons de la bourse pour toutes les dépenses majeures. Au-dessous du père, les autres hommes de la maison détiennent la même autorité sur les enfants et les femmes, sauf leur mère. Les épouses n'ont donc autorité que sur leurs enfants, à moins d’être veuve, auquel cas elles devront obéissance à leur fils. Dans le sud de l'Inde, les femmes possèdent traditionnellement plus de pouvoirs. Cette structure d'autorité se veut beaucoup plus souple dans les centres urbains et chez les classes moyennes et aisées où l'on retrouve un dialogue dans le couple. Le respect des aînés est un devoir enraciné dans toutes les régions de l'Inde. Ce respect se manifeste dans la façon de leur parler et dans le comportement des Indiens à leur égard. On entretient, nourrit et héberge les grands-parents ainsi que les oncles et tantes vieillissantes. Les familles traditionnelles comportent donc toujours quelques vénérables vieillards que l'on traite avec bienveillance et affection. Le fils tient lieu de chaînon fondamental de la famille. Il assure la vieillesse des parents, reprend la terre ou l'entreprise de la famille et perpétue la lignée. Il est le seul qui puisse exécuter les rites funéraires à la mort des aînés. Le rite du shraddha, où le fils accomplit lors du décès du père les rituels funèbres avec les brahmanes, représente une des obligations religieuses les plus importantes. Avec cette cérémonie, l'âme errante du mort est apaisée et guidée vers sa future réincarnation. En l'absence d'un fils digne de pratiquer ce rituel, l'âme devient un bhut, une espèce de fantôme qui terrifie les vivants. Ne pas avoir de fils ou ne posséder que des filles signifie donc une catastrophe. Une fille ne peut accomplir les rites funèbres et n'obtient que très rarement un héritage. Vers l'âge de 18 ans, elle rompt pratiquement tout lien avec sa famille pour s'établir dans la maison de son mari. Une fille à la naissance est bienvenue, mais le souci de la dot peut venir ternir cette joie. Un couple essaiera toujours d'acquérir un fils, même après avoir eu 4 filles consécutives. Mère, fils et belle-mère Les études montrent que dans les familles urbaines, sur une échelle d'intensité des liens familiaux, c'est le lien entre la mère et le fils qui est le plus puissant, bien au dessus du lien entre femme et mari, qui se retrouve avant dernier juste au dessus du lien entre sœur et soeur. C'est que le premier devoir de la jeune épouse est de donner un fils. Si elle y manque, on considère que c'est son échec personnel. Son statut dans la famille élargie et dans la société passe à travers son fils. Il est la clé de son pouvoir. C'est donc sans surprise qu'elle investira prioritairement son affection sur son fils, lequel répondra avec la même ardeur envers sa mère. Même les hommes modernes bien éduqués affichent une dépendance marquée vis-à-vis de leurs mères se soumettant au choix de celle-ci en regard du mariage et de sa carrière, parfois à l'encontre de ses propres souhaits. La belle-mère joue le rôle de la méchante dans beaucoup de situations de la famille élargie. Elle traitera la femme de son fils de la même façon qu'elle a elle-même été traitée par sa belle mère en entrant dans la famille de son mari. Quand il y a abus, cela peut être du genre d'empêcher le couple de passer du temps ensemble, d'empoisonner les relations entre le mari et sa femme en répandant des mensonges et des insinuations concernant celle-ci. Dans les pires cas, cela peut aller jusqu'au meurtre de la jeune épouse (crime de dot) en la brulant vivante. Il ne faut quand même pas tomber dans une vision stéréotypée, même s'il s'agit d'une indéniable réalité. Il existe bien sûr dans toute l'Inde de merveilleuses belles- mères aux comportements exemplaires. L'enfance Un proverbe indien énonce que pour ces cinq premières années, un fis se doit d'être traité comme un prince, pour les dix années suivantes comme un esclave et à partir de seize ans, comme un ami. Ceci est assez conforme à la réalité. La petite enfance est une période de grande indulgence, même pour les filles, si la famille peut se le permettre. On ne laisse pas pleurer le bébé, qui est nourri au sein sur demande, et va nus ici et là urinant ou ils le désirent. Il fait l'objet d'une constante attention de la part des membres de la famille élargie, en arrivant à confondre la mère avec les tantes. Comme il a en général toujours des cousins ou cousines, il est encouragé à jouer en groupe plutôt que seul. Les enfants dorment au début avec leurs parents et plus tard avec leurs frères et sœurs de telle sorte qu'ils sont rarement seuls. On ne leur enseigne pas à marcher, parler ou utiliser la toilette. Ils apprennent par l'observation, et comprennent rapidement où ils se situent dans la hiérarchie familiale, à quels moments et de quelles façons ils doivent utiliser les mots et gestes de respect. Dans les familles pauvres, les enfants, surtout les filles, ne connaissent guère les joies de l'enfance. La mère travaille sur les chantiers de construction ou pour la réfection des routes, laissant l'enfant suspendu à un arbre dans un berceau de tissu tricoté à la main, ou déposé sur un matelas à l'ombre situé sur le lieu de travail. La fille ainée est responsable des plus jeunes et il n'est pas rare de voir une enfant portant dans ses bras un autre enfant presque de la même taille tout en en tenant un autre par la main. De nos jours, avec la famille nucléaire qui devient de plus en plus le mode de vie dans les centres urbains, il est plus difficile de fournir à l'enfant le traitement royal obtenu dans les familles élargies. Mais l'idéal de l'enfance royale demeure et si les conditions économiques le permettent, on tentera d'y pourvoir avec l'aide des grands-parents ou de tantes et d'oncles.